le Dernier jour d'un condamné

Le dernier jour d’un condamné, Victor Hugo
Définitions :

Le roman à thèse est l’un des sous genre narratifs dans lequel l’auteur prend en charge la défense d’une idée, d’une cause comme c’est le cas de V. Hugo dans Le Dernier jour d’un condamné.
La peine de mort
 
La peine de mort ou la peine capitale est une sentence appliquée sur des ayant commis des crimes horribles et impardonnables. C’est l’exemple des tueurs en série et des terroristes…
L’engagement de Victor Hugo :
V. Hugo qui a marqué le XIXème siècle par sa stature de poète et d’écrivain hors pair, est connu également pour son engagement politique ; il a défendu plusieurs causes à la fois. Militant en premier ordre de la cause sociale, il n’a cessé de lutter pour plus d’équité, pour l’amélioration de la condition et des droits civiques des femmes, etc. L’une de ses prises de position fut également la lutte contre la peine de mort, combat auquel il n’a jamais failli de sa vie et qu’il entamera de façon éclatante par la publication du Dernier jour d’un condamné
 
Fiche pratique

Auteur :
Victor Hugo
Titre et date de publication:
Le dernier jour d'un condamne , publié en 1829.
Genre :
Récit à la première personne ; adoption des techniques de l’autobiographie, le journal intime en particulier.

Histoire :
Le livre est l’histoire d’un homme qui a été condamné a mort et, il raconte ce qu’il vit pendant les dernières semaines de sa vie. Nous ne savons ni le nom de cet homme ni ce qu’il a fait pour être condamné à mort, mais nous pouvons comprendre et vivre avec cet homme ce que veut dire être condamnés à mort.
Il nous raconte sa vie en prison ; nous parle de ses sentiments ; peurs et espoir, de sa famille ; sa fille, sa femme et sa mère.
Il raconte aussi quelques bribes de son passé et cesse d’écrire quand arrive le moment de l’exécution.

 Durée:
Cinq semaines, à partir du moment où le protagoniste est condamné à mort jusqu’au moment où il monte sur l’échafaud.
Thèmes :


La peine de mort / La peur / la haine / la religion / la violence contre les prisonniers / l’injustice / la justice

 

Composition :
Le livre comporte trois parties : Bicêtre, la Conciergerie et la Mairie.
Bicêtre : le procès, le ferrage des forçats et la chanson ;
La Conciergerie : le voyage vers Paris, la rencontre avec la friauche et la rencontre avec le geôlier qui lui demande les numéros pour jouer à la loterie
L’Hôtel de Ville : le voyage dans Paris, la toilette du condamné et le voyage vers la Place de Grève : l’échafaud.
Personnages :
Le condamné à mort / Les geôliers / Sa fille / Sa femme et sa mère / Le prêtre. / La foule
Lieux :
Les grandes prisons de Paris : Bicêtre, la Conciergerie et l’Hôtel de Ville. 

Enonciation, focalisation :
Le narrateur est le personnage : utilisation de la première personne.
Le narrateur # l’auteur.

Focalisation interne : accès au point de vue du narrateur et à sa vision des choses et du monde..
 

 

TONALITÉ:
                 Tragique, pathétique, ironique... 
Schéma narratif

 

      Situation initiale: Le personnage-narrateur menait une vie heureuse avec sa famille, sa fille Marie, sa femme et sa mère jusqu'au jour du crime qui a bouleversé sa vie. ( on peut le savoir à travers les flaches back- retour en arrière

Elément perturbateur: Le meurtre commis par le narrateur-personnage.

Péripéties: Le jugement, l'emprisonnement, la condamnation à la peine de mort, recherche du condamné d'une solution pour préserver sa vie.

Dénouement: Il n'y a pas de dénouement. Le condamné garde l'espoir jusqu'à quelques moments avant l'exécution, mais à ce moment-là les bourreaux préparent l'exécution. C'est une clausule ouverte, aux lecteurs d'imaginer la fin puisque pour l'auteur ce qui compte c'est la dénonciation de l'horrible peine de mort.

Situation finale:
L'auteur a fait l'ellipse de la situation finale pour amener le lecteur à réfléchir.