Les registres littéraires

 

Les registres: chaque texte a un ton qu’on appelle registre ou tonalité. Ce ton peut ; à travers un champ lexical déterminé et des procédés stylistiques et langagiers( figures de style, interjections, exclamations, négation, questions oratoires, exagération, mots forts…) ; renvoyer à la souffrance, à la pitié ou à la moquerie…et suscite auprès du lecteur plusieurs sentiments : la pitié, la compassion, l’indignation, la colère, le rire…

Les types de registres littéraires :

Le registre pathétique :

Vient de (pathos) qui veut dire la souffrance et la douleur. Le lecteur est touché et sent la pitié envers le personnage et son état déplorable.

Le registre tragique :

Est souvent relatif à la mort ; le personnage est confronté à une mort certaine et pris dans une situation sans issue comme dans les tragédies ou le héros est devant une mort inévitable.

Le registre ironique :

Certains auteurs utilisent ce ton pour critiquer de manière indirecte

L’ordre établi ou pour véhiculer un message de moquerie et de refus d’un comportement ou d’une idée qu’il juge banale ou inacceptable…

 

 

Exercices corrigés(copiés)

 

  Précisez le registre littéraires des extraits et justifiez votre réponse:

1- , c'est trop cher " (chapitre IX

 

2- " Les hommes, je me rappelle l'avoir lu dans je ne sais quel livre où il n'y avait que cela de bon les hommes sont tous condamnés à mort avec des sursis indéfinis. Qu'y a-t-il donc de changé à ma situation ? " (chapitre III)

 

3- " Je voulus répéter à haute voix ce que je lui avais déjà dit ; plutôt cent fois la mort ! Mais l'haleine me manqua, et je ne pus que l'arrêter rudement par le bras, en criant avec une force convulsive : Non ! " (chapitre II

 

4- )" Depuis que je suis sorti de l'infirmerie, il m'est venu une idée poignante, une idée à me rendre fou, c'est que j'aurais peut-être pu m'évader si l'on m'y avait laissé. Ces médecins, ces sœurs de charité, semblaient prendre intérêt à moi. Mourir si jeune d'une telle mort ! " (chapitre XV)

 

5- " Le matin du quatrième jour, le substitut du procureur général se dit, en mettant sa cravate : " - il faut pourtant que cette affaire finisse - " (chapitre VIII)

 

6- " Condamné à mort ! Voilà cinq semaines que j'habite avec cette pensée, toujours seul avec elle, toujours glacé de sa présence, toujours courbé sous son poids. " (chapitre I)

 

7- " Ah ! qu'une prison est quelque chose d'infâme ! il y a un venin qui salit tout. Tout s'y flétrit, même la chanson d'une fille de quinze ans ! Vous y trouvez un oiseau, il a de la boue sur son aile ; vous y cueillez une jolie fleur, vous la respirez : elle pue. " (chapitre XVI)

 

8- " ... seul à seul avec une idée, une idée de crime et de châtiment, de meurtre et de mort ! est-ce que je puis avoir quelque chose à dire, moi qui n'ai plus rien à faire dans ce monde ? " (chapitre VI)

 

9- " L'odeur étouffée de la prison me suffoquait plus que jamais, j'avais encore dans l'oreille tout ce bruit de chaînes des galériens, j'éprouvais une grande lassitude de Bicêtre. " (chapitre XVI)

 

CORRIGE :

1- Tragique.

2- Ironique /

3- Pathétique.

4- Pathétique.

5- Ironique. 6- Tragique.

7- Pathétique.

8- Tragique.

9- Pathétique.