Examens corrigés

 

Je compris qu'il cherchait à atténuer la déclaration du jury, et à mettre dessous, au lieu de la peine qu'elle provoquait, l'autre peine, celle que j'avais été si blessé de lui voir espérer. Il fallut que l'indignation fût bien forte, pour se faire jour à travers les mille émotions qui se disputaient ma pensée. Je voulus répéter à haute voix ce que je lui avais déjà dit : Plutôt cent fois la mort ! Mais l'haleine me manqua, et je ne pus que l'arrêter rudement par le bras, en criant avec une force convulsive : Non ! Le procureur général combattit l'avocat, et je l'écoutai avec une satisfaction stupide. Puis les juges sortirent, puis ils rentrèrent, et le président me lut mon arrêt.

 

- Condamné à mort ! dit la foule ; et, tandis qu'on m'emmenait, tout ce peuple se rua sur mes pas avec le fracas d'un édifice qui se démolit. Moi, je marchais, ivre et stupéfait. Une révolution venait de se faire en moi. Jusqu'à l'arrêt de mort, je m'étais senti respirer, palpiter, vivre dans le même milieu que les autres hommes ; maintenant je distinguais clairement comme une clôture entre le monde et moi. Rien ne m'apparaissait plus sous le même aspect qu'auparavant. Ces larges fenêtres lumineuses, ce beau soleil, ce ciel pur, cette jolie fleur, tout cela était blanc et pâle, de la couleur d'un linceul. Ces hommes, ces femmes, ces enfants qui se pressaient sur mon passage, je leur trouvais des airs de fantômes. Au bas de l'escalier, une noire et sale voiture grillée m'attendait. Au moment d'y monter, je regardai au hasard dans la place.

 

  - Un condamné à mort ! criaient les passants en courant vers la voiture. À travers le nuage qui me semblait s'être interposé entre les choses et moi, je distinguai deux jeunes filles qui me suivaient avec des yeux avides. - Bon, dit la plus jeune en battant des mains, ce sera dans six semaines !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Situez le texte.    1.5 pt

    Ce texte est extrait de le condamné à mort de Victor Hugo. Le condamné rapporte son procès et la prononciation de la sentence.

  2. qui parle dans ce texte ?  relevez un indice du texte. 0.50 pt

    le condamné: "je compris, ma pensée"

 

  1.   qui parle-t-il ? Pourquoi ?       0.5 pt

  2. Il parle à lui-même, mais il parle au lecteur aussi.

 

  1. Relevez les autres personnages évoqués dans le texte.   0.5pt

    Deux jeunes filles, la foule, jury, avocat, procureur, président.

  2. « Je compris qu'il cherchait à atténuer la déclaration du jury »

 

  • Que remplace « il » dans cette phrase ?     0.50 pt

  • L'avocat.

  • De quelle déclaration s’agit-il ?         0.50 pt

  • Condamnation à mort.

 

  1.  

 

  1. Quelle est la figure de style contenue dans la phrase soulignée ? 0.5 pt

    Hyperbole.

 

  • Quel effet cherche le narrateur par cette figure ? 0.5 pt

  • Pour traduire ses souffrances .

 

  1.  « l'autre peine », de quelle peine s’agit-il ? 1 pt

    La prison perpétuelle.

  2. Qu’est –ce qui montre que le condamné aime la nature ? 0.50 pt

    Il a dit:" Ces larges fenêtres lumineuses, ce beau soleil, ce ciel pur, cette jolie fleur"

  3. Pourquoi le procureur général combattit l’avocat ? 1. Pt

    Il veut garder la peine proclamée par les juges qui la peine capitale.

  4. À quoi ressemblent les gens après la lecture de l’arrêt de mort selon le condamné? 0.5 pt

    Fantômes.

  5. « je distinguai deux jeunes filles qui me suivaient avec des yeux avides »

 

  1.  

 

  • Réécrivez la phrase en commençant par : « il »    1 pt

  • « il distingua deux jeunes filles qui le suivaient avec des yeux avides »

     

 

  1. Que ressentez-vous après la lecture du texte ?1 pt

    Le condamné est un homme malheureux, on a trop de pitié pour lui et on regrette cette peine qui est cruelle et inhumaine…

 

 

 

 

 

 

C'était par une belle matinée d'août. Il y avait trois jours que mon procès était entamé, trois jours que mon nom et mon crime ralliaient chaque matin une nuée de spectateurs, qui venaient s'abattre sur les bancs de la salle d'audience comme des corbeaux autour d'un cadavre, trois jours que toute cette fantasmagorie des juges, des témoins, des avocats, des procureurs du roi, passait et repassait devant moi, tantôt grotesque, tantôt sanglante, toujours sombre et fatale. Les deux premières nuits, d'inquiétude et de terreur, je n'en avais pu dormir ; la troisième, j'en avais dormi d'ennui et de fatigue. À minuit, j'avais laissé les jurés délibérant. On m'avait ramené sur la paille de mon cachot, et j'étais tombé sur-le-champ dans un sommeil profond, dans un sommeil d'oubli.
      C'étaient les premières heures de repos depuis bien des jours.
      J'étais encore au plus profond de ce profond sommeil lorsqu'on vint me réveiller. Cette fois il ne suffit point du pas lourd et des souliers ferrés du guichetier, du cliquetis de son nœud de clefs, du grincement rauque des verrous ; il fallut pour me tirer de ma léthargie sa rude voix à mon oreille et sa main rude sur mon bras. - Levez-vous donc ! - J'ouvris les yeux, je me dressai effaré sur mon séant. En ce moment, par l'étroite et haute fenêtre de ma cellule, je vis au plafond du corridor voisin, seul ciel qu'il me fût donné d'entrevoir ce reflet jaune où des yeux habitués aux ténèbres d'une prison savent si bien reconnaître le soleil. J'aime le soleil.
      - Il fait beau, dis-je au guichetier.
      Il resta un moment sans me répondre, comme ne sachant si cela valait la peine de dépenser une parole.

 

                                 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

Langue et compréhension :

 

  1. Situez le texte dans le roman   1.5 pts       

    Ce texte est extrait de le dernier jour d'un condamné de Victor Hugo écrit en 1829. Dans ce chapitre le condamné raconte le déroulement de son procès lorsqu'on a proclamé sa condamnation à mort

  2. Remplissez convenablement le tableau : 1.5 pts

 

L’œuvre 

son auteur

Date de publication

Genre

  Visée du roman

Le dernier jour d'un condamné

Victor Hugo

1829

Roman à thèse

Argumentative

 

 

 

  1. Relevez deux indices qui montrent que ce discours est un journal intime. 0.5pt

    "matinée d'août",  "premières heures", "trois jours".

  2. Quand est-ce que le procès du condamné a commencé ? 0.5 pts

    matinée d'août

  3. Combien a duré ce procès ?  0.50 pt

    Trois jours

  4. Comment était le déroulement de ce procès ? 0.50pt

 

Dur et fatigant

 

  1. Quelle est la figure de style  contenue dans cette phrase :

     « … tantôt grotesque, tantôt sanglante » ? 1 pt

    Gradation

  2. Que faisait le condamné quand les jurés délibéraient ?0.5pt.

    Il dort.

    - Pourquoi ?0.5pt

    Il est fatigué.    

  3.     Pourquoi le guichetier n’a pas répondu au condamné ?1 pt

    Il ne trouve pas d'importance à répondre puisque le condamné sera mort.

  4. Comment trouvez-vous le condamné à mort ? 1 pt

    C'est une personne digne de pitié …

  5. Que cherche le narrateur auprès du lecteur  à travers la description? 1 p

       

    Il cherche la pitié et la compassion. Il veut aussi qu'on sache les souffrance d'un homme qui attend la mort.