20 méthodes des plus horribles exécutions à travers l'histoire

 

Pour punir les criminels , faire régner l’ordre ou pour réprimer les révoltes, l’homme a inventé des méthodes d’exécution effrayantes et tellement inimaginables témoignant d’une cruauté inhumaine et d’une insensibilité extrême. Ces exécutions étaient souvent accompagnées de tortures atroces pour augmenter le supplice des victimes et en attirer des aveux.

1- L’empalement ou la chaise de bambou
C'est une méthode d'exécution lente et douloureuse  qui permet d'exécuter plusieurs  personnes dans un espace limité , sans nécessiter un matériel complexe. . La victime est forcée de s’asseoir sur des pals, des pieux  en fer ou en bois  qu’ on enfonce  dans l'anus  ou le vagin , et qu’on fixe dans la terre.
Sous l’effet de la gravité et du poids, les pieux traverse lentement le corps de la victime
Dans certain pays, on fait asseoir la victime sur  de jeunes bambou ,ce sont des  plante qui poussent rapidement jusqu’à 90 cm par jour
En  poussant,   les bambous  transpercent  verticalement le corps du condamné et ressortent par le thorax, par les épaules ou par la bouche, en fonction de la direction de la plante.
Cette méthode était appliquée au 15ème siècle en Roumanie sous le règne de Vlad III  qu’on appelle aussi  l‘empaleur, parce qu’il « a exécuté plus de " 80 000 personnes au moyen de l’empalement
Ce moyen d'exécution inhumain  est, appliqué jusqu'au 19ème siècle dans de nombreux pays à travers le monde, l’empire ottoman, une partie de l'Europe , de l’Asie  en Russie, et en Égypte.
Pendant la colonisation française en Égypte , un étudiant syrien a été  exécuté par empalement  pour avoir assassiné Kleber le commandant de l’armée françaises de Napoléon  en 1800
•2-la méthode de La scie
Cette méthode affreuse consiste à scier et à couper le coupable en deux partie au moyen d’une scie. Le condamné reste en vie le plus longtemps possible car souvent , les pieds en haut, on commence de scier à partir de l’anus entre les deux jambes en passant par le nombril, le ventre le thorax pour arriver à la tête.

En Chine, on commence par la tête ce qui entraîne une mort rapide et plus ou moins clémente du condamné

2- Le seau au rats

Ce moyen d’exécution sordide  est très douloureux. En fait, on place sur le corps du condamné une cage , un pot ou un sceau dans lequel on enferme des rats ensuite on met sur le seau des braises ou du feu pour que les rats, cherchent à s’enfuir afin d, éviter la chaleur, mais il n’y a qu’une seul issue: le corps du condamné
Alors, commençant par mordre t et  griffer,  les rats tentent  de se frayer un passage à travers le ventre ou  même l’anus  du condamné si parfois on le fait asseoir sur le seau..
3- Écorchement
Cette punition consiste à inciser les pieds ou le crâne puis  retirer la peau ( l’épiderme) d’une personne alors qu’elle est encore en vie. Une souffrance qui peut durer plusieurs jours ou même plusieurs semaines avant l’ achèvement du condamné.
Parfois on finit par brûler marteler ou décapiter la victime.
En Égypte, accusée d’athéisme, la philosophe alexandrine Hypatie  fut démembrée, brûlée après avoir écorché sa peau  en 415  par un groupe de chrétiens radicaux
, Saint Barthelemy également fut écorché vif et décapité
4-Le taureau de cuivre
, Phalaris, Le roi grec est le premier qui a adopté cette méthode d'exécution au 6ème siècle avant JC,
il a ordonné à son conseiller Perellos d’inventer un nouveau moyen d'exécution plus original et qui fait beaucoup souffrir. perellos  inventa le taureau en cuivre.
Pendant l’exécution, on enferme le condamné à l'intérieur et on allume le feu au dessous du taureau qui devient un véritable four infernal.
Là-dedans, le condamné qui rôtit  lance des cris semblables à ceux du taureau
L’étonnant, est que pour tester l’efficacité du taureau d’airain, Phalaris a exécuté l’inventeur même du taureau «» qui fut la première personne exécutée de cette façon.
5- L’écartèlement des cheveux
L'écartèlement était pratiqué par les Perses et les Romains.

Avant que son corps soit rompu par écartèlement, le condamné était dévêtu, ses 4  membres sont liés chacun aux quatre chevaux .(on utilise des éléphant en inde); qui vont courir dans des sens opposés après avoir  pratiqué des entailles aux jointures, afin de faciliter la rupture des membres;  Le corps devait être attaché à un support au niveau du tronc pour que les 4 membres puissent être arrachés,

1594 : Jean Châtel, jeune homme de 19 ans, auteur d'une tentative d'assassinat du roi Henri IV. Fut écartelé

L’écartèelement était reservé au régicides et aux crimes jugés abominables-En France, L'écartèlement fut aboli par le Code pénal du 25 septembre 1791.

6- Le scaphisme ou la méthode de la Décomposition
Une méthode d'exécution appliqué à l’époque antique en  Perse  surtout,  on déshabille le coupable, on l’enferme dans une cage en bois, dans une barque ou on l’attache dans un arbre creux, , de façon à ne montrer  que sa tête et ses membres, puis on le contraint à manger du miel et du lait pour  qu'il ait la diarrhée et  le vomissement . Ensuite le corps est  enduit avec du miel pour attirer toute sorte d’ insectes qui  commencent à manger le miel et par la suite à grignoter la chair du coupable jusqu'à ce que le corps pourrisse et se décompose à cause des excréments et de la vermine qui s’engendre et le rongent , une mort lente qui dure plus de 17 jours.

 

Pour punir les criminels , faire régner l’ordre ou pour réprimer les révoltes, l’homme a inventé des méthodes d’exécution effrayantes et tellement inimaginables témoignant d’une cruauté inhumaine et d’une insensibilité extrême. Ces exécutions étaient souvent accompagnées de tortures atroces pour augmenter le supplice des victimes et en attirer des aveux.

1- L’empalement ou la chaise de bambou
C'est une méthode d'exécution lente et douloureuse  qui permet d'exécuter plusieurs  personnes dans un espace limité , sans nécessiter un matériel complexe. . La victime est forcée de s’asseoir sur des pals, des pieux  en fer ou en bois  qu’ on enfonce  dans l'anus  ou le vagin , et qu’on fixe dans la terre.
Sous l’effet de la gravité et du poids, les pieux traverse lentement le corps de la victime
Dans certain pays, on fait asseoir la victime sur  de jeunes bambou ,ce sont des  plante qui poussent rapidement jusqu’à 90 cm par jour
En  poussant,   les bambous  transpercent  verticalement le corps du condamné et ressortent par le thorax, par les épaules ou par la bouche, en fonction de la direction de la plante.
Cette méthode était appliquée au 15ème siècle en Roumanie sous le règne de Vlad III  qu’on appelle aussi  l‘empaleur, parce qu’il « a exécuté plus de " 80 000 personnes au moyen de l’empalement
Ce moyen d'exécution inhumain  est, appliqué jusqu'au 19ème siècle dans de nombreux pays à travers le monde, l’empire ottoman, une partie de l'Europe , de l’Asie  en Russie, et en Égypte.
Pendant la colonisation française en Égypte , un étudiant syrien a été  exécuté par empalement  pour avoir assassiné Kleber le commandant de l’armée françaises de Napoléon  en 1800
•2-la méthode de La scie
Cette méthode affreuse consiste à scier et à couper le coupable en deux partie au moyen d’une scie. Le condamné reste en vie le plus longtemps possible car souvent , les pieds en haut, on commence de scier à partir de l’anus entre les deux jambes en passant par le nombril, le ventre le thorax pour arriver à la tête.

En Chine, on commence par la tête ce qui entraîne une mort rapide et plus ou moins clémente du condamné

2- Le seau au rats

Ce moyen d’exécution sordide  est très douloureux. En fait, on place sur le corps du condamné une cage , un pot ou un sceau dans lequel on enferme des rats ensuite on met sur le seau des braises ou du feu pour que les rats, cherchent à s’enfuir afin d, éviter la chaleur, mais il n’y a qu’une seul issue: le corps du condamné
Alors, commençant par mordre t et  griffer,  les rats tentent  de se frayer un passage à travers le ventre ou  même l’anus  du condamné si parfois on le fait asseoir sur le seau..
3- Écorchement
Cette punition consiste à inciser les pieds ou le crâne puis  retirer la peau ( l’épiderme) d’une personne alors qu’elle est encore en vie. Une souffrance qui peut durer plusieurs jours ou même plusieurs semaines avant l’ achèvement du condamné.
Parfois on finit par brûler marteler ou décapiter la victime.
En Égypte, accusée d’athéisme, la philosophe alexandrine Hypatie  fut démembrée, brûlée après avoir écorché sa peau  en 415  par un groupe de chrétiens radicaux
, Saint Barthelemy également fut écorché vif et décapité
4-Le taureau de cuivre
, Phalaris, Le roi grec est le premier qui a adopté cette méthode d'exécution au 6ème siècle avant JC,
il a ordonné à son conseiller Perellos d’inventer un nouveau moyen d'exécution plus original et qui fait beaucoup souffrir. perellos  inventa le taureau en cuivre.
Pendant l’exécution, on enferme le condamné à l'intérieur et on allume le feu au dessous du taureau qui devient un véritable four infernal.
Là-dedans, le condamné qui rôtit  lance des cris semblables à ceux du taureau
L’étonnant, est que pour tester l’efficacité du taureau d’airain, Phalaris a exécuté l’inventeur même du taureau «» qui fut la première personne exécutée de cette façon.
5- L’écartèlement des cheveux
L'écartèlement était pratiqué par les Perses et les Romains.

Avant que son corps soit rompu par écartèlement, le condamné était dévêtu, ses 4  membres sont liés chacun aux quatre chevaux .(on utilise des éléphant en inde); qui vont courir dans des sens opposés après avoir  pratiqué des entailles aux jointures, afin de faciliter la rupture des membres;  Le corps devait être attaché à un support au niveau du tronc pour que les 4 membres puissent être arrachés,

1594 : Jean Châtel, jeune homme de 19 ans, auteur d'une tentative d'assassinat du roi Henri IV. Fut écartelé

L’écartèelement était reservé au régicides et aux crimes jugés abominables-En France, L'écartèlement fut aboli par le Code pénal du 25 septembre 1791.

6- Le scaphisme ou la méthode de la Décomposition
Une méthode d'exécution appliqué à l’époque antique en  Perse  surtout,  on déshabille le coupable, on l’enferme dans une cage en bois, dans une barque ou on l’attache dans un arbre creux, , de façon à ne montrer  que sa tête et ses membres, puis on le contraint à manger du miel et du lait pour  qu'il ait la diarrhée et  le vomissement . Ensuite le corps est  enduit avec du miel pour attirer toute sorte d’ insectes qui  commencent à manger le miel et par la suite à grignoter la chair du coupable jusqu'à ce que le corps pourrisse et se décompose à cause des excréments et de la vermine qui s’engendre et le rongent , une mort lente qui dure plus de 17 jours.
7- l'aigle sanglant
La méthode de "l'aigle sanglant", l'une des méthodes utilisées en Europe du Nord,  elle consiste à disséquer le corps à partir du dos puis séparer et déployer les côtes de la colonne vertébrale, ce qui donne l’apparence d’un aigle taché de sang  puis on  lui  enlève les poumons et en saupoudre le sel   sur les plaies jusqu'à  la mort de la victime.
La méthode d'exécution de "l'aigle sanglant" s'est répandue dans le monde entier il y a environ mille ans.
Elle ressemble à l’éventration qui consiste à ouvrir le ventre par le couteau très  répandu en Asie et notamment au Japon comme sorte d’autopunition ou suicide forcé lors d’une trahison ou une lâcheté
9- Le bûcher
, on prépare  le feu puis on y met le condamné  qui brûle vif jusqu’à la mort. Cette punition est appliquée surtout aux femmes condamnées de sorcellerie 
Jeanne d’arc en est l’exemple le plus célèbre
Parfois on brûle le condamné après l’avoir écartelé, écorché, étranglé, ou après lui avoir tranché la langue
Le bûcher est une méthode d’exécution très répandu partout dans le monde et dans toutes les époques.
10- L’écrasement par les éléphants
Cette méthode a été pratiquée en Asie du Sud-Est, les condamnés sont jetés devant les éléphants pour les écraser,
les éléphants sont entraînés à exécuter  cette torture qui dure parfois plusieurs heures lorsque le bourreau commence par briser certain membres de la victime 
, cette méthode est utilisée pour prouver que les animaux sont les maîtres de la nature et parfois comme simple divertissement aux rois.

 

Les Britanniques ont aboli l’écrasement par éléphant après avoir renversé le royaume de Kandy en 1815
10- le Ling chi
Cette méthode a été pratiquée en Chine entre le 10 ème siècle et 20 ème s.
Elle consiste à entailler et retirer successivement, par tranches fines, des muscles et des organes du condamné avant de lui couper la tête. Une exécution lente et douloureuse appelée aussi le supplice des 8 couteaux ou les cent morceaux
En Espagne: à l’aide d’ instrument en fer pointu qui ressemblait au griffes du chat, le bourreau  commence à déchirer la peau du condamné en le blessant gravement jusqu’à la mort. Cette torture prend plusieurs jours avant la mort.
11- l’ébouillantage 

Au cours de l'exécution, le coupable est déshabillé puis jeté dans un grand chaudron rempli de liquide bouilli, qui peut être de l'eau, de l'huile, de l'acide, de la cire, du poix ou même du plomb fondu.
en principe on met le récipient sous un petit feu afin d’augmenter la souffrance de la victime .Cette méthode a été utilisée dans plusieurs régions d'Europe et d'Asie.
12- Le hachage
Cette méthode était connue sous le nom de "mort lente par hachage". C’est l'une des méthodes d'exécution que la Chine a interdit au XXe siècle. Les parties du corps de la victime sont coupées au fil des jours tout en maintenant la victime  en vie le plus longtemps possible. Le  bourreau peut utiliser un couteau, un marteau, une hache un épée..
13- enterrement vivant 
La victime est enterrée vivante dans une caverne ou dans un  cercueil en bois, qui est  est placé quelques mettre sous terre, méthode qui a été utilisée lors du massacre de 1937 à Nanjing en Chine.
14- La crucification
Pendant  crucifixion, les mains et les pieds du condamné sont liés et cloués sur une planche en forme de croix
Cette méthode était beaucoup utilisée à l'époque d'Alexandre le Grand contre les esclaves, les traîtres, les ennemis et les criminels les plus dangereux.
15- le culleus ou La noyade
La peine capitale du culleus, cette punition répandu chez les romains concerne les parricides et les prêtres accusés de traîtrise.
on enferme les victimes dans le culleus, qui est un grand sac étanche qu’on jette dans la mer pour le noyer. 
dans le sac, on enferme avec le condamné, un singe, un chien et une vipère : pendant la noyade et à l'intérieur du sac, les animaux mordent le condamné et le torturent
16- La condamnation aux bêtes sauvages
On condamne les prisonniers à lutter contre des animaux sauvages comme les lions , les chiens, les ours. Les condamné n’ont pas d’armes pour se défendre et pire encore , il ont parfois les mains et pieds liés et se laisse donc dévorés par les fauve.
Parfois le condamné arrive à résister ou à terrasser la fauve.. et dans ce cas soit on le libère et le gracie soit on  recommence le combat un autre jour selon le tempérament du roi.
17- Roue
la roue, était largement utilisée au Moyen Âge, le criminel est attaché dans une grande roue . Les mains et les jambes sont écartelés , puis on  tourne la roue, ses membres sont cassés par des masses, puis le corps est pendu sur un grand mât pour permettre aux oiseaux de le dévorer .
18- le poison ou le suicide forcé
Le poison était un moyen d’assassinat très répandu mais dans certaines civilisation il a constitué une punition pour certains genres de crime. Le condamné est forcé de boire le poison comme liquide mortel ou bien elle est exposé aux morsures des serpents venimeux
Socrate, Le célèbre philosophe grec est condamné à se suicider  en buvant une gorgée de poison
19-la cravate espagnole
C’est une méthode bizarre privilégiée par les gangs de drogue en Colombie au Mexique et en Espagne
pour torturer les traîtres et les faire périr : elle consiste à ouvrir la gorge par où on fait tirer et sortir la langue de la victime qui ressemblant à une cravate.
•20-La vierge de fer
Instrument de torture ayant la forme d'un cercueil en fer ou en bois, Dans lequel le condamné doit se tenir debout
Elle est garni en plusieurs endroits de longues pointes métalliques tranchantes dans le couvercle et dans les parois intérieure. Ces lames transpercent lentement la victime et lui cause des douleurs mortelles

 

La vierge de fer a  environs deux mètres de haut et un mettre de largeur. L’inquisition l’a utilisé pour punir les hérétiques et épouvanter les criminels